Histoire du domaine forestier

image 01 image 02
   Bas   ⇓   
 
 
Préface
 
 
 

Le véritable sujet de l'histoire, n'est pas le passé.

Le vrai, l'exact, sujet de l'histoire c'est le temps.
Ce temps dans lequel l'historien, lui même, est tenu ; dont il étend les rets à ses contemporains.

L'histoire braconne sur les terres de l'anthropologie, de la géographie, de la psychologie, de la linguistique et de la philosopie, toutes disciplines qui ne saisissant chacunes qu'un morceau de l'humain en font un cadavre dispersé.

Il n'est d'histoire que de l'humain dans le temps ; son élan doit toujours l'y ramener, loin des idées abstraites, des institutions établies et des dynasties en chaîne qui ne sont que des bagages mentaux, faits de souvenirs, de lectures, d'occurences et autres vieilles nippes, que chacun apporte avec lui.

Faisoant fi des définitions faciles, il n'est d'histoire des humains dans le temps que par leurs questionnements.

Si l'aéde a du talent, nul ne tarira les larmes d'Ulysse chez les Phéaciens.

G.V.
 
 
 
 
 
 
 

Introduction

 
 

Il ne faudrait pas croire que le massif forestier de Fontainebleau attendit la venue de peintres à Barbizon pour être apprécié…
Voici le préambule d'une ordonnance publiée en février 1552, sous le règne de Henri II, relative au rachat des bois de l'abbaye du Lys :

 
Comme nostre forest de Bière soit une des plus anciennes forests de notre royaume, en laquelle d'ancienneté nostre maison de Fontainebleau est située et assise,où nos prédécesseurs roys ont demeuré, et de présent faisons et espérons faire une partie de l'an notre demeure, pour la beauté du lieu et exercice de la chasseX la 8618, fol.33 v°

 
 
 

De même, les poètes des 16° et 17° siècles chantèrent la forêt de Bière avec une émotion souvent sincère, offrons-nous le plaisir de quelques vers,de la Renaissance française, peu connus et bienvenus :

 
 
Jean Bertaut :

En la forestz de Bière, renommée
Sur tous les boys, pour ce qu'elle est aymée
Du dieu Sylvan, qu'on y voidt en plein jour
S'y promener et y faire séjour.
 
 
 
Desportes, plus célèbre, prête à Henri III, né à Fontaiebleau, des stances :

Lieux de moi tant aimez, si doux à ma naissance,
Rochers qui des saisons dédaignez l'inconstance,
Francs de tout changement,
Pour la dernière fois soyez les secrétaires,
De mon deuil véhément."
 
Colletet :

Vaste et sombre forest de qui le haut feuillage
Va chercher le soleil qu'il aime et qu'il détruit.
 

Depuis toujours, l'existence de la forêt préserve celle du palais royal et l'existence du palais justifie le domaine forestier. Cette réciprocité tient à une destination commune, les plaisirs du Roi et de la cour, d'entre ceux-ci, la chasse était un des premiers et jusqu'à la révolution le domaine lui était principalement réservé d'autant que les soins consacrés au rapport du bois ne nuisaient en rien à la pratique de cet art.

C'est à compter du 1er empire qu'une part du d²omaine fut consacrée aux entrainements militaires (le canton de la Béhourdière étant comme son nom l'indique une très ancienne exception de peu d'étendue à proximité immédiate du palais).

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Situation, géographie et histoire
 

On doit rappeler en introduction à l'histoire du domaine forestier de Fontainebleau les conditions physiques et humaines, qui firent ce que fut, et ce qu'est, ce domaine. D'abord celui des plaisirs royaux, aujourd'hui celui d'un important tourisme populaire.

 
 

A compter du 19° siècle et jusqu'à ce jour, s'ajoutera aux critères ci-dessus la "qualité du paysage". Elle attirera non seulement des artistes peintres mais encore les simples touristes et les pratiques sportives.

 
 
 
 
 
 
 
 
chapitre suivant   ⇒
La forêt gallo-romaine et du haut moyen-âge.
 
 
 
 
Chercher un mot, une expression :
 
 
 
   haut   ⇑   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ici le français a encore la force du latin "vehemens" qui contient l'idée d'une très forte violence
Le substantif Béhourdière désigne un terrain où l'on s'entraine aux tournois et aux jeux chevaleresques comme la Quintaine. Un Béhordeur étant un chevalier participant au tournoi (Étymologie germanique).